Lorient, le 24 Juillet 2013.

Mr Didier Migaud - Cour des Comptes

Monsieur le Président,

Veuillez trouver ci-joint un ensemble de textes et courriers susceptibles de vous intéresser. Je constate, en effet, que vous avez une attitude impartiale concernant les comptes de la Nation.

Ma lettre à Paul Vincent du 18 juillet dernier vous paraîtra caricaturale, cela ne veut pas dire que beaucoup de fonctionnaires ne sont pas sérieux, d'ailleurs j'ai 3 professeurs dans ma famille proche. L'essentiel est de remarquer qu'avec le coût d'un emploi public on peut améliorer fortement la compétitivité de plusieurs emplois productifs, que ce soit vis à vis de la machine, du bricolage,du travail au noir ou des délocalisations. Tant il est vrai que l'emploi est absolument capital si l'on veut lutter contre la délinquance, la drogue, l'alcoolisme et les suicides.

Le progrès permet de gagner du temps ce qui n'est pas synonyme de chômage automatiquement. On peut aussi diminuer le temps de travail si, malgré la concurrence, la fiscalité lie masse salariale et valeur ajoutée, de façon qu'on aie intérêt à employer.

L'attitude du gouvernement n'est pas la bonne et mène à l'impasse. On ne voit pas les entreprises recruter les jeunes si la demande ne le justifie pas, avec des aides provisoires et insuffisantes. Cette mesure serait plus pertinente si elle accompagnait une diminution du coût de l'emploi. L'optimisme du Président ressemble à de la méthode Coué. Il faut des éléments nouveaux pour pouvoir inverser la courbe du chômage, d'autant plus qu'une certaine croissance lors de 3 dernières décennies n'a été possible que par le développement de la dette. Notre sur-endettement ne peut que s'aggraver.

Il y a tout un procès à faire de notre société de consommation que je fais et qui doit être reconnu. Le cas de la Grèce est très parlant, et notre pays tend à l'imiter. Acheter à l'étranger parce que c'est moins cher est une politique à courte vue, ce que gagne le consommateur est payé par le contribuable avec des intérêts de retard. Il serait temps de ne plus confondre intérêt individuel et intérêt collectif ! Le pire se produit quand les fonctionnaires, payés sur la production nationale et donc l'enfonçant, favorisent une concurrence extérieure, comme on le voit avec les technocrates de Bruxelles et comme le fait remarquer ces jours-ci le PDG d' ORANGE à juste titre. Cette confusion des intérêts a assez duré. Le règne des fonctionnaires irresponsables, ici aussi, a assez duré !

Vous remarquerez ma lettre au Président OBAMA accompagnant ma lettre au Président Sarkozy en Octobre 2009. Il n'est pas impossible qu'il utilise mes idées dans les « mesures audacieuses » qu'il doit présenter ce jour, tant il est vrai que la logique est sans frontières. Il devient évident que nos sociétés courent au chaos économique et climatique et il serait temps qu'on tienne compte de mes propositions au lieu de garder un silence stupide , négatif et à la limite criminel, car beaucoup n'ont plus d'espoir et se suicident tous les jours, comme les paysans, dont les producteurs de volaille viennent de subir un mauvais coup de Bruxelles. Des entreprises ferment tous les jours et nous perdons des savoir-faire définitivement. Dire qu'on fait tout pour l'emploi relève de l'escroquerie !

Comme disait Gérard Belorgey en 1998 «  Réveillez-vous ! » Sonnez le tocsin, Mr Migaud ! Comme je l'ai dit à Mme Thiéry, la sœur de Mr Le Drian, je vous réserve la priorité de mes « découvertes » mais pour peu de temps !

Veuillez agréer, Monsieur Le Président de la Cour des Comptes, mes sincères salutations.