Forum Économie de Boursier.com le 22 3 14 http://www.boursier.com/actualites/economie/la-technologie-sera-encore-devoreuse-d-emplois-previent-le-patron-de-google-22773.html

Entreprises : vers une nette baisse des impôts ?

Par theodorum Enfin ! La raison l'emporte finalement, c'est retour sur terre !
Depuis le temps qu'on nous dit - l' Allemagne, dont ce n'est pas l'intérêt à court terme, et les économistes en général- qu'il nous faut diminuer nos prélèvements, et qu'on voie la croissance de l'Irlande grâce à son impôt sur les sociétés attirant Google, Amazone etc..., la raison s'impose !
Il faut être réaliste, on ne peut pas demander aux entreprises de ne pas rémunérer leurs actionnaires, sinon ceux-ci vendraient et les cours baiseraient, en faisant des proies faciles.
En imposant les sociétés plus que les autres la France avait un comportement stupide, je dirais même sectaire si c'était le fait de la gauche !

Pas fatal ! Ce ne sera pas suffisant, mais c'est un pas dans le bon sens, au propre et au figuré, un minimum !Il y a des entreprises qui pourraient embaucher, il faut les y obliger. C'est possible par une relation obligatoire entre valeur ajoutée et masse salariale. C'est un bouleversement énorme mais inévitable. On ne peut pas continuer à empiler les dettes. Du nouveau est nécessaire.
On ne peut pas non plus faire une politique de demande frontières et concurrences déloyales ouvertes ! Il faut que les charges soient payées par tous les produits disponibles à la consommation quels que soient le lieu de production et le prix.
Obliger les entreprises à embaucher si valeur ajoutée excessive ?

En fait, ce ne serait pas nécessaire, car automatique ! Elles pourraient aussi choisir d'augmenter les salaires, dans certaines limites ou baisser leurs prix !
C'est l'intérêt de chaque entreprise que les salaires et l'emploi se portent bien, mais pas leur
intérêt propre ! On voit bien qu'il manque une loi pour imposer l'intérêt général, donc l'intérêt aussi de toutes les entreprises. L' État ne joue pas son rôle de chef d'orchestre ! Je lui en donne les moyens  En 1981, Jean-Paul Bachy, secrétaire national du parti socialiste, m'écrivait :
" François Mitterrand m'a transmis copie du dossier que vous avez adressé au Parti Socialiste et qui résume l'essentiel des propositions que vous jugez nécessaires de mettre en oeuvre pour lutter contre le chômage. "Votre projet rejoint d'assez près ce que nous proposons nous-mêmes. Depuis longtemps le Parti Socialiste en effet, et plus spécialement François Mitterrand, propose que les charges sociales des entreprises reposent non plus sur les salaires des employés, mais sur la valeur ajoutée qu'elles réalisent."Etc... Que ne l'ont-ils pas fait !

Correction du caractère injuste de la TVA Il suffirait d'en redistribuer une quote-part correspondant à ce qui serait payé par un Smigard et un complément par personne à charge. Cette quote-part serait versée à tous les contribuables et pourrait même servir de véhicule de redistribution d'allocations diverses familiales ou indemnités chômage et pourquoi pas retraites, dans la mesure où justement toute la production contribuerait à cette taxe, robots compris !
Un des avantages d'un tel système étant qu'il n'y aurait plus d'effet de seuil où pour 1 ou quelques euros de revenu en plus on peut perdre des centaines d'euros de droits.
Un deuxième avantage étant qu'il n'y aurait plus besoin d'impôt sur le revenu reposant sur des déclarations plus ou moins sincères, avec la facilité de tricher pour les prestations payées en espèces. Donc, pas de triche possible.
Un troisième argument étant la faiblesse du coût de la perception assurée gratuitement par les entreprises, d'où un nombre beaucoup moins grand de fonctionnaires payés par l'impôt, donc grevant la compétitivité du secteur productif !
Un quatrième avantage serait une augmentation considérable de notre compétitivité à l'export car vendant déjà hors Tva ce serait donc aussi hors charges.
Cinquième avantage, ces charges seraient aussi payées par les produits issus de délocalisation, les rendant sans intérêt.