Réflexions sur l'économie

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 15 décembre 2016

Sauvy préconisait aussi de compléter le SMIC par une aide publique !

Forum Économie de Boursier.com le 17 Mai 2014

Fiscalité : 1, 8 million de ménages exonérés d'impôts sur le revenu

Idées en ligne avec nos 2 meilleurs penseurs du 20 e Siècle !

Sur la participation de la solidarité nationale pour un salaire minimum protégeant la compétitivité, je viens d' apprendre qu' Alfred Sauvy préconisait la même solution.
"D'après Michel Godet, Professeur au CNAM, dans le Pélerin du 8 Mai dernier, Alfred Sauvy écrivait " La rigidité éliminatoire qui résulte du salaire minimal peut être compensée par une prime ou subvention accordée, soit au travailleur, soit à l'entreprise pour le dédommager d'accorder le salaire minimal aux travailleurs sous-productifs ".
C'était aussi la recommandation d'un groupe d' économistes de réputation mondiale dans un rapport au Sénat du 31 Mars 1994 qui préconisaient une subvention non hiérarchisée par emploi de façon à maintenir un certain niveau de vie pour les salariés moins qualifiés et aussi la compétitivité des entreprises, de toutes les entreprises.
Ils reprenaient mon idée exposée dans ma lettre au Parti Socialiste le 23 Mars 1981 et communiquée aussi en 1986 à un Prof d' économie de la faculté de Rennes.
De même que j'ai été rassuré longtemps après de constater que Maurice Allais avait fait la même analyse du commerce avec les pays sous-développés, de même je suis ravi d'apprendre qu'un penseur éminent comme Alfred Sauvy, major de Polytechnique, comme Maurice Allais , avait émis la même remarque d'une portée capitale.
Mais ils sont rares ceux qui restent simples dans ces circonstances : ils ont un idéal et se donnent des buts très hauts qui les rendent humbles devant la difficulté de la tache !
Mon apport a été d'imaginer des solutions concrètes en application de ces principes à partir de mon expérience de responsable d'entreprise.
Cela peut paraître trop beau alors qu'on nous demande, à nous les lampistes, de se serrer la ceinture et de travailler jusqu'à 70 ans, pendant que les responsables de la situation se portent bien et ne partagent pas beaucoup ! Mais c'est très logique et il n'y a rien d'autre de crédible. Même pas 8 jours après l' INSEE dément la reprise annoncée par le Président !

Mondialisation : cent emplois perdus...1 de retrouvé !

Forum Économie de Boursier.com du 14/15 Mai 2014

Retour sur un commentaire pertinent.

Je reviens sur la déclaration très pertinente d'une femme d'artisan reproduite plus haut.
Donc, non seulement les asiatiques– pour l'essentiel, mais pas exclusivement – par la concurrence des produits qu'ils nous vendent,éliminent une demande consistante chez nous, mais, en plus, ne nous offrent, en remplacement, qu'une demande très faible tellement ils sont exploités et peu payés malgré des horaires doubles des nôtres. Cela s'appellerait de la solidarité ?
Donc ils produisent beaucoup = nous perdons beaucoup d'emplois, bien plus que cela ne pèse en monnaie ( je dirais ...de singe, si cela n'avait pas de connotation raciste, mais ça dit bien la réalité )-cela a donc échappé à nos experts qui trop loin du terrain ne regardent que les chiffres,alors qu'à l'inverse nous leur vendons du luxe et de la technologie dont les montants pèsent – du fait des hauts salaires des ingénieurs et des ouvriers très qualifiés, infiniment plus que le nombre d'emplois que cela nous procure. Il y a là un effet de ciseaux ! Et, en plus, notre balance est déficitaire  !
Globalement nous gagnons un emploi quand nous en perdons cent ! Et cela fait 40 ans que cela dure. Et, sans rien changer au modèle, benoîtement, on attend le retour de la Croissance – une croissance sans dette ? On n'en parle pas ! - sans remettre en question un modèle que les ETAS-UNIS veulent imposer au Monde, comme si tout allait bien et comme si la planète pouvait le supporter !
Les rémunérations excessives , qu'il s'agisse des notaires ou des huissiers, nuisent à la fluidité de l' Économie et des échanges, car elles stérilisent une demande potentielle au profit d'une demande excessive source d'inflation ou d'épargne stérile en période de crise.
Considérer ce modèle libéral comme la perfection constitue une ignominie !

Nos grandes entreprises nous enfoncent !

Le pire est que ces grandes entreprises exportatrices paient peu d'impôt sur les bénéfices car elles ont des succursales dans les paradis fiscaux, comme toutes les multinationales.
Imposer la valeur ajoutée brute est bien la solution.
"L' Europe en crise, que faire ?" de Maurice Allais, -Prix Nobel d'économie - été 2005 :
"De 1950 à 1974 le taux moyen de croissance du PIB a été de 4%. De 1974 à 2000 il a été de 1.6%, soit une baisse de 60%" ... et par accroissement équivalent de la dette !
"Incontestablement cela résulte de la délocalisation des activités industrielles et des investissements financiers. si la politique libre-échangiste de Bruxelles n'avait pas été appliquée le PIB réel par tête d'habitant serait plus élevé de 30 %." ...et la dette nulle !

A propos de délocalisations des investissements financiers, dans un article « Le temps des pauvres et les raisons de la colère » paru le 3 Février 1996 dans La Croix, Mr René Deveaux , ingénieur Ensia, écrivait : «  Rien ne justifie le pouvoir politique sinon son aptitude à mettre l' économie au service de l'homme : il lui appartient donc de rendre à la solidarité nationale ce qui lui revient de droit, en établissant une assiette de prélèvement conforme à l'esprit de la loi d'où elle est issue.En cette fin de siècle, cela consiste à alimenter les caisses de la Sécu par un prélèvement sur les plus-values brutes des entreprises afin de supprimer progressivement les parts patronale et salariale des prélèvements sociaux : il réintègre automatiquement dans les ressources sociales les profits des investissements et des productions « mondialisées ». Il permet de maintenir le système par répartition, seul garant d'une solidarité efficace. »
La solution passe par une indexation de la masse salariale sur 50 % de la valeur ajoutée brute qui dissuaderait des importations qui exploitent la misère, car seule la valeur ajoutée produite en France serait déductible de la taxe de 50 %.
Pour compléter la panoplie une imposition de la valeur ajoutée en remplacement des charges sociales s'impose !
Il ne serait pas interdit d'exploiter la misère du Monde mais plus du tout intéressant !
Moyennant ces mesures on n'aurait plus besoin de favoriser les entreprises exportatrices pour équilibrer la balance des paiements et on pourrait ( l' ÉTAT ) aider les pays pauvres à se développer et à produire pour eux et chez eux !

Le chômage va augmenter dans le Monde pour l' OIT

Le chômage va encore augmenter dans le monde d'ici 2019, estime l' OIT !

Le chômage va encore augmenter dans le monde d'ici 2019, estime l'OIT


(Boursier.com) le 20 1 2014 à 9h56 . Sombres prévisions pour le marché de l'emploi mondial. Dans une note publiée mardi, l'Organisation internationale du Travail (OIT) estime que le nombre de personnes au chômage va augmenter de quelques 3 millions cette année et de 8 millions supplémentaires dans les quatre années suivantes, alors qu'il s'établissait déjà à 201 millions en 2014...

Fortes disparités

En France, la tendance serait plutôt à la stabilisation avec un taux de chômage se situant entre 9,9% et 10% sur la période 2014-2017 après 10,4% en 2013. En zone euro, la Grèce fera encore partie des pays où il est le plus élevé : il se situerait toutefois à 23% en 2016, après 27,2% en 2013. A l'inverse, l'Allemagne fait figure de bonne élève avec un taux de chômage attendu à seulement 4,9% d'ici la fin de l'an prochain, contre 7,1% en 2010.

Les jeunes restent en première ligne

Comme le FMI, l'OIT rappelle les effets bénéfiques de la baisse des cours de pétrole sur l'emploi, qui seront toutefois insuffisants pour compenser la lente reprise économique... Or, pour combler le déficit de postes perdus depuis le début de la crise, l'OIT estime qu'il faudrait créer 280 millions d'emplois supplémentaires d'ici 2019. Cette année encore, l'OIT s'alarme particulièrement de la situation des jeunes, dont le taux de chômage est trois fois plus élevé que la moyenne, se situant à 13% en 2014, et ce, en dépit d'une nette amélioration de l'enseignement partout dans le monde.

Les inégalités de revenus retardent la reprise

L'OIT attire l'attention sur un point en particulier : Au-delà de la lente reprise économique, les inégalités de revenus se sont creusées, pesant sur le marché de l'emploi. Lundi, l'ONG Oxfam a justement publié une étude qui montrait que d'ici deux ans, les 1% de personnes les plus fortunées détiendrait plus de la moitié des richesses mondiales. L'OIT note en effet que, suite à la crise, les demandes d'emplois se sont concentrées aux extrémités de l'échelle. Conséquence : "les travailleurs relativement formés qui occupaient habituellement ces emplois moyennement qualifiés sont désormais contraints de briguer des postes faiblement qualifiés", déplore l'OIT, qui recommande notamment de soutenir les investissements des entreprises en faveur des politiques de l'emploi...

Marianne Davril — ©2015, Boursier.com

16 réactions à cet article : participez à la discussion

    1. person à 10h03

    Merci d'avoir la gentillesse de bien vouloir transmettre le dossier à Messieurs Hollande et Sapin...

    2. skibull à 10h42

    ça devrait simplifier la prochaine présidentielle!!!! youpi

    3. squarcio à 10h47

    ONU, nous dit que la pauvreté a diminuée de façon importante.

    Oxfam, en fait Attack, ONG bien connue, nous donne des chiffres pour le moins bizarres en nous faisant la pub pour des pays extraordinaires.

    Russie et Cuba sont des pays formidables, le Maroc une démocratie éclairée, Israël n'existe pas mais il y a un pays qui s'appelle "la Palestine occupée".

    J'en ai assez de ces infos, tronquées, pratiquement jamais recoupées. De qui se moque t on?

    4. squarcio à 10h50

    Sommes nous un pays de moutons dirigé par Panurge?

    Ou est le véritable travail journalistique. Si celui-ci se résume a du coupé/collé, ne pas se lamenter si les non véritablement informés, se renseignent par eux même.

    5. kedmond à 10h54

    plus le chômage augmente et plus on donne des sous aux entreprises.
    cela se dit corréler des statistiques.
    Les entreprises se frottent les mains la tendance est bonne.

    6. MKRL à 11h07

    Oui sauf que le nombre de consommateurs se réduit comme peau de chagrin et d'ici quelques années même les grands groupes seront touchés, et là ça fera très mal...

    7. La censure... à11h34

    Le chômage reste un problème politique. Face à la mondialisation et au libre échange tous azimuts, le choix du maintien d'un pouvoir d'achat fictif de ceux qui ont un travail mais qui financent d'une façon ou d'une autre le traitement social du chômage n'est certainement pas la solution qui permettra une amélioration durable. Pour redonner aux jeunes leur place dans la société, il faudrait un courage politique qui n'existe pas actuellement.

    "Un politicien pense à la prochaine élection. L'homme d'Etat, à la prochaine génération." (James Freeman Clarke)

    8. theodorum à 14h19

    Le Progrès ne crée pas de richesse. Il crée un gain de temps qui n'est de l'argent que par la Plus-value qu'entraîne une plus grande production ou une moins grande quantité de travail à payer par licenciement d'une partie de la main d'oeuvre employée, gain partagé avec les consommateurs par baisse du prix de vente. D'où l'expression «  Le temps c'est de l'argent ».
    Cela fait l'affaire des actifs en place et ignore la demande des chômeurs et des exclus.
    Il faudrait inverser le processus !

    9. nathanael451 à 14h25

    En recommandé AR surtout.

    10. theodorum à 14h28

    Un seul moyen : l'indexation obligatoire de la masse salariale sur 50% de la valeur ajoutée, avec une retenue de 2 fois le SMIC maximum par emploi sur cette taxe. Quand celle-ci augmente, l'embauche ou (et) la hausse des salaires doivent suivre !
    Offre et demande vont alors de paire !
    Et le consommateur - qui doit partager sa royauté - arbitre ! Tout est relatif !
    Finis les gros salaires des footballeurs, la masse salariale devenant plus importante que la publicité!
    2 autres mesures suffisent !

    11. theodorum à 14h38

    Il faut aussi neutraliser les concurrences déloyales du travail au noir, du bricolage - facilité par les 35 H - de la robotisation - qui produit beaucoup mais ne crée pas de demande, ce qui nous manque le plus , au contraire en supprime beaucoup, directement par les emplois remplacés et indirectement par les charges économisées - et les délocalisations , produisant beaucoup (70 h/semaine) et consomment peu ( salaires dérisoires), en fait comme les robots !
    La demande étant confisquée par...

    12. theodorum à 14h44

    ...des intermédiaires, ici et là-bas, repus et peu nombreux. L' essentiel de la demande a disparu ! Comme dans un trou noir, celui de la finance, en direction des paradis fiscaux !
    La solution? remplacer toutes les cotisations sociales par la TVA et la supprimer pour tout travail artisanal ou "domesticable" ! Il vaut mieux des gens qui ne paient pas de charges que des personnes entièrement à charge !
    La Tva serait réservée à la production manufacturée, et donc le bricolage perdrait son intérêt!

    13. theodorum à 14h54

    Et les robots cotiseraient et seraient beaucoup moins rentables les bénéfices se faisant hors taxe !
    L'erreur et la naïveté des 35 h a été , comme le nouveau compte pénibilité, d'oublier l'ouverture des frontières la panacée pour les fonctionnaires de Bruxelles, comme de Bercy, qui ne souffrent pas de la concurrence, en profitent seulement, oubliant que leurs rémunérations pèsent sur la compétitivité du secteur productif ! Même pas la reconnaissance du ventre !
    En fait, Ils vivent dans une bulle

    14. theodorum à 15h04

    Une 3ème mesure : une TVA de 20 % avec crédit d'impôt d'où les entreprises pourraient déduire l'équivalent du SMIC, TVA reprise - donc incluse - dans un 2ème temps dans les 50 % de la 1ère.
    Cette mesure complète la panoplie et reprendrait les rentes de situation - car les petits ont toujours fait le jeu des gros !-existantes : les rabais obtenus des fournisseurs par les gros par chantage, les meilleurs emplacements commerciaux, l'importation des produits issus de l'exploitation mondialisée!

    15. theodorum à 15h13

    Le chômage n'est pas du tout une fatalité, mais ces solutions ne font pas de cadeaux, finie l'hypocrisie générale, il s'agit de mesures cruciales qui ne sont acceptables de la part des élites en place, qui ont failli complètement, qu'en dernier ressort.
    Comme une prise de conscience de ses responsabilités.
    L' État doit prendre ses responsabilités, cesser de se cacher derrière les partenaires sociaux qui font passer leurs intérêts avant l'intérêt général.
    Elles combattent l' effet de serre aussi!

    16. theodorum à 15h18

    Pour reprendre une expression ancienne : c'est de réarmement moral dont nous avons besoin !

- page 3 de 23 -